- La tempête (de vent)  ? -

Une tempête est un phénomène météorologique violent à large échelle dite synoptique, avec un diamètre compris en général entre 200 à 1 000 km, caractérisé par des vents rapides  et des précipitations intenses. Elle peut être accompagnée d'orages donnant des éclairs et du tonnerre ainsi que de la grêle et des tornades.

- Comment se forment les tempêtes ? -

A partir de l'interaction entre les masses d'air.
« Elles résultent d'un conflit entre la masse d'air polaire (froid et sec) et d'un air marin plus chaud. Quand les deux masses d'air se rencontrent, l'air chaud, plus léger, va monter au-dessus de l'air froid ,C’est ce qu’on appelle des fronts et la perturbation de ces fronts engendrent les dépressions »

 Source : explique Pierre Queffeulou, Océanographe physicien
au Centre Ifremer Bretagne (basé à Brest).
www.ouest-france.fr/environnement/tempete-qmaira-comment-se-forment-les-tempetes-1913452

- Comment naît une tempête ? -

A

Pour la création de vagues, il faut que le vent souffle suffisamment longtemps  sur une surface suffisamment grande et dans le même sens. « Lors des dépressions
assez étendues comme nous traversons en ce moment, cela signifie que un vent relativement fort souffle de manière constante sur de longues distances ».
Lorsque le vent arrive sur la côte il rencontre des reliefs qui ralentissent sa course.
« C’est pourquoi le vent est ainsi atténué à l’intérieur des terres»

Source : explique Pierre Queffeulou, Océanographe physicien

 

Un cyclone tropical est

un type de cyclone (dépression) qui prend forme dans les océans de la zone intertropicale à partir d'une perturbation qui s'organise en dépression tropicale puis en tempête. Son stade final est connu sous divers noms à travers le monde :

 Ouragan
dans l'Atlantique nord et le Pacifique Nord-Est, typhon en Asie de l'Est et cyclone dans
les autres bassins océaniques.

Une tornade

(est un tourbillon de
vents extrêmement violents, prenant naissance à la base d'un nuage d'orage (cumulonimbus)
lorsque les conditions de cisaillement des vents sont favorables dans la basse atmosphère. De très faibles tornades peuvent également se développer sous des nuages d'averses (cumulus congestus).

Ce phénomène météorologique a un pouvoir destructeur supérieur à celui d'un cyclone tropical au mètre carré, mais est de durée et d'étendue limitées : il concerne un corridor de quelques centaines de mètres de large sur quelques kilomètres de long. Certaines tornades ont engendré les vents les plus forts signalés à la surface du globe. Elles tuent chaque année de 300 à 400 personnes
(selon une estimation de l'Organisation météorologique mondiale), dont 150 aux États-Unis.

Les termes typhon, ouragan et cyclone tropical recouvrent tous les trois la même réalité :
ils désignent un phénomène tourbillonnaire des régions tropicales (entre 30°N et 30°S) accompagnés de vents dont la vitesse est supérieure ou égale à 64 nœuds c'est-à-dire 118 km/h ( soit une force 12 sur l'échelle de Beaufort).

La désignation adoptée dépend simplement de l'endroit du globe où se produit le phénomène.

Le terme cyclone ou cyclone tropical est réservé à l'océan Indien et au Pacifique sud. On parle en revanche d'ouragan en Atlantique nord et dans le Pacifique nord-est et enfin de typhon dans le Pacifique nord-ouest.

C'est dès 1805 que Francis Beaufort conçut une échelle de classification et de désignation de la force du vent par degrés successifs, numérotés de 0 à 12. Cette échelle (de) Beaufort, initialement destinée à améliorer la concision et la précision des journaux de bord, est aujourd'hui d'un usage universel en météorologie marine ; elle est également applicable sur la terre ferme à travers des descriptions de substitution concernant l'observateur et le milieu environnant.

La formulation de l'échelle de Beaufort a évolué et s'est précisée au cours des années ;
la présentation qui en est proposée ci-dessous est utilisée internationalement depuis 1946.

Source ://sites.google.com/site/csmseynoisvoile/home/echelle-de-beaufort
Pourquoi nommer les tempêtes ?
Donner un nom aux tempêtes permet de communiquer plus efficacement à l'approche d'un phénomène de vent
violent. Le système de dénomination de tempêtes a déjà été mis en place avec succès en 2016 par
le Royaume-Uni et l'Irlande. Des sondages dans ces deux pays ont montré que la population est beaucoup
plus attentive aux consignes de sécurité quand la menace de vent fort est clairement identifiée comme
reliée à une tempête nommée.

Quand et comment nomme-t-on une tempête ?
Une dépression est nommée seulement si elle risque de provoquer une vigilance vent au moins de niveau orange sur un des trois pays. Le service météorologique qui prévoit d'émettre le premier l'alerte de couleur orange ou rouge attribue un nom à cette dépression tempétueuse à partir de la liste pré-établie et informe les deux autres. La dépression qui génère la tempête garde le même nom durant tout son cycle de vie. À noter que
les tempêtes dues aux vents régionaux comme le Mistral ne rentrent pas dans ce cadre et ne sont donc pas nommées.
Depuis 2002, chacun peut en outre acheter une lettre dans une des listes de baptêmes et donner
son prénom à une dépression ou un anticyclone, moyennant 199 € ou 299 €. Moins fréquents, plus
longtemps à "l'affiche", les anticyclones justifient leur tarif plus élevé.
Si une initiale reste sans parrain, elle peut être mise aux enchères sur Internet quelques jours avant péremption ou recevoir un prénom choisi par un météorologue.

Depuis le début de cette opération, plus de 1800 personnes, originaires de toute l'Europe mais aussi
du Brésil, du Japon ou des États-Unis sont devenues les parrains ou marraines d'un "centre d'action".
Pour plus d'informations, consulter le site de parrainage de l'Université libre de Berlin.

Les cadres textes sont de Sciences et avenir   
Lien vidéo pour formation tornade  (adsl-Tv RMC-)

Lien vidéo El nino et tornade (adsl-Tv RMC-)

oocbo.com
Vr révisé en 2020