heron
héron

Le héron cendré est un grand échassier solitaire

avec un plumage à dominance grise, un cou blanc et une poitrine tachetée de noir, une tête blanche avec des lignes noires s'étirant de l'aile à l'arrière du cou. Son bec, en forme de poignard et ses pattes sont jaunes. Lorsqu'il est jeune, son apparence est plus terne, avec les motifs de la tête moins marqués. En vol, les ailes sont très amples, le cou replié et les longues pattes pendantes.
En dehors de la période de nidification), il se perche communément dans de grands arbres le long des étangs. Il fréquente tous les milieux humides et peu profonds. 
Espèce très commune maintenant, sa population n'a pas explosé. La mortalité des jeunes au nid ou après l'envol est très grande. Les vagues de froid causent des pertes quelques fois sévères aux adultes. Cette vulnérabilité est corrigée par la longévité de ces oiseaux . Il construit un très grand nid avec des rameaux secs, des branches et des laîches. Il nidifie en grandes colonies Très proche l'un de l'autre voir souvent sur un seul arbre. Apparemment lent, il va tout de même à
45 kilomètres à l’heure. C’est un migrateur partiel qui ne se déplace généralement pas au-delà de 500 kilomètres; le héron a un territoire peu étendu. Certains sujets demeurent même sédentaires.

Nom scientifique : Ardea cinéréa 
Famille : ardéidés 
Taille : 90 à 185 cm 
Il atteint en général 98 cm de hauteur
Poids : 1600 à 2000 grammes 
Age maximum : 25 ans.

 

 

Un bébé héron à 20m en haut

Les grandes héronnières sont des établissements permanents, réoccupés chaque année. Dans le Kent en Angleterre, une héronnière encore occupée en 1994 était déjà  mentionnée en 1293 ! Les nids sont tous les ans rechargés et peuvent donc devenir imposants. Les moineaux, les étourneaux et quelques autres passereaux s'installent volontiers en sous-locataire dans ces structures. Elles ne sont jamais très éloignées de l'eau ou de zones humides, bien que ces grands oiseaux puissent avoir un rayon d'action de plus de 15 km à  partir de la héronnière.

Héronnières

Le mâle apporte les matériaux et la femelle qui reste au nid presque toute la journée, assure la construction en entrelaçant les branches et les laîches. Chaque fois que le mâle revient au nid, on assiste au cérémonial de la parade nuptiale, qui se poursuit aussi pendant la période d’incubation. les hérons prennent en moyenne une semaine pour construire leur nid,  pour couver leurs œufs et  de plus pour élever leurs jeunes.

Le mâle se charge aussi de trouver la nourriture pour les petits, dans un rayon de 18 à 20 kms parfois 40km. Souvent,  il construit à côté du nid, une aire de repos beaucoup plus petite. La femelle pond en moyenne 4 œufs par an. L'incubation est assurée alternativement par les deux parents, et dure environ 26 jours.  A la naissance, les poussins ont une apparence grotesque, avec le duvet de la tête très abondant.  Ils sont nourris par les deux parents. Incités par les petits coups de bec des jeunes, ils régurgitent la nourriture que les poussins prennent directement dans le bec des adultes. La femelle couve dès le 1er œuf. Si bien que le premier-né est d'abord nourri puis le second. Ce qui laisse avec les prédateurs et l'environnement bien peu de chance au dernier. Seul 1 voire 2 héronneaux deviendront adultes au bout d'une trentaine de jours, passant de l'aspect d'une boule de duvet grisâtre à un splendide oiseau au vol gracieux. En hiver, il s'envole vers le sud. 6 000 kilomètres: telle est la distance parcourue par chaque héron au cours de la saison de reproduction. Grâce au radio pistage, des ornithologues ont observé que les parents chassent dans un rayon de 15 à 40 kilomètres autour de la colonie tout en s'alimentant de nuit comme de jour. Les petits apprennent tôt la patience, car 4 à 7 heures peuvent s'écouler entre deux nourrissages. - 

(Source : wikipedia) 13 semaines:

La nidification débute tôt dans la saison à partir de février et jusqu’en juillet. C’est le mâle qui choisit l’endroit où seront pondus les œufs. La couvée compte de 4 à 5 œufs bleus clairs. Les deux parents se relaient pendant les 25 jours d’incubation. Le premier envol des juvéniles intervient environ 50 jours après l’éclosion. L’émancipation des petits est rapide puisqu’en 3 semaines après l’envol, ils doivent être capables de se débrouiller seuls.

La mue postnuptiale des adultes, complète, commence avant l’envol des jeunes, de juin à novembre. La mue postjuvénile est partielle, très variable dans le temps, entre septembre et février (Cramp & Simmons, 1977).

heron
Un poussin pèse 30 à 42 grammes à la naissance. À raison d'une ration quotidienne de 150 à 300 grammes suivant la période de l'élevage, le héron aura atteint 40 jours plus tard le poids de l'adulte, soit environ 2Kg maxi.

6 000 kilomètres , telle est la distance parcourue par chaque héron au cours de la saison de reproduction. Grâce au radio pistage, des ornithologues ont observé que les parents chassent dans un rayon de 15 à 40 kilomètres autour de la colonie tout en s'alimentant de nuit comme de jour. Les petits apprennent tôt la patience, car 4 à 7 heures peuvent s'écouler entre deux nourrissages.  Les hérons prennent en moyenne une semaine pour construire leur nid, 4  pour couver leurs œufs et 8 de plus pour élever leurs jeunes, soit 13 semaines d'occupation.

Le héron n'a guère d'ennemis, d'autant qu'il est protégé depuis 1974. Il est même capable de vivre dans les plans d'eau des grandes étendues urbaines et peut ainsi être vu en plein Paris ou à Nantes sur les bords de l'Erdre. Il n'est pas rare de le voir déambuler parmi les automobiles.  Volontiers isolés pour capturer leurs proies, les Hérons cendrés sont des oiseaux très sociables. Ils nichent de préférence en colonies souvent importantes dans la cime de grands arbres, surtout feuillus, mais d'essences diverses.

le Héron cendré ne fait qu’une couvée par an, sauf parfois en cas d’échec.

A droite, photos hérons

trouvées avec Google image

 
Le héron cendré se nourrit le plus souvent de poissons, il n'est pas exclusivement ichtyophage. En effet, son régime alimentaire est également composé de batraciens, de reptiles, de crustacés, de petits mammifères (musaraignes d'eau, campagnols, mulots, rats)   d'oiseaux et même de végétaux (bourgeons). Il ne néglige pas non plus les insectes et les mollusques terrestres et aquatiques. Il peut digérer les arêtes mais il n'en est pas de même pour les poils de rongeurs qu'il rejette sous forme de pelotes. 
Quand il chasse, il peut demeurer longtemps immobile, le cou dressé, en attendant le passage de sa proie. Lorsqu'elle passe à portée de son bec, il s'en saisit rapidement en projetant vers l'avant la partie supérieure de son cou. 
A notre population locale en majeure partie sédentaire, s'ajoutent en hiver de nombreux individus ayant fui les climats plus froid du Centre et du Nord de l'Europe : Allemagne, Pologne, Danemark, Estonie Suède. On peut alors observer sur les étangs du Saulnois de grands rassemblements qui ressemblent à des troupes de vigiles en cantonnement, mais sans leur allure martiale, car les hérons n'ont pas de prédateurs, hormis l'homme, tant leur bec constitue une arme redoutable. Source : Par Gilbert Blaising - Â© Hervé Michel 
Sources Wikipedia - qq sites - qq livres avec Mes photos Hérons : sauf les 5 dernières repérées. Montage Site Roland (Héron 2014/04 Révisé 2015
  2016